Chroniques de l’interculturel 7 La religion en Inde


Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle chronique interculturelle qui va vous donner toutes les clefs pour comprendre la religion en Inde. La religion est tellement multiforme et complexe dans ce pays, qu’en trente d’expérience indienne, je n’en ai pas encore cerné tous les contours.

C’est un pays ou il y a énormément de religions différentes et tout le monde croit en quelque chose. Alors, même si beaucoup de choses sont en train de changer avec « l’Américanisation » des entreprises high-tech et avec une orientation très mercantile de la société, les Indiens sont avant tout spirituels et la religion fait partie intégrante de leur quotidien. C’est une très grande différence avec la Chine, qui se considère plutôt comme une nation athée même si on trouve quand même beaucoup d’anémistes.

La première religion en inde, c’est l’hindouisme évidemment avec 800 millions d’indiens, vient ensuite l’Islam, avec plus de 140 millions de fidèles, qui font de l’Inde le troisième pays avec le plus de Musulmans au monde, après l’Indonésie et le Pakistan. Il y a ensuite les Sikhs, au nombre de 18 millions, qui résident principalement dans le Penjab. On les reconnaît surtout par leur turban coloré (caractéristique des photos touristiques de l’Inde). Ils ont généralement des positions sociales élevées et sont appréciés par la plupart des communautés car globalement neutre avec toutes les autres religions. Puis les Chrétiens, qui sont environ 22 millions et majoritairement dans l’état du Mizoram et du Nagaland, au nord-est de l’Inde. D’aillleurs, l’Inde est le 5e pays au monde où nous trouvons le plus d’églises après l’Italie, le Brésil, les Etats Unis et l’Espagne.

Les Bouddhistes ne sont plus que 7 millions d’adeptes. Globalement, le bouddhisme a été chassé de l’Inde car il prôné l’égalité entre les humains et il n’y a pas de pays plus inégal que l’inde. Il a donc été chassé vers le nord, vers le Tibet. Puis il est redescendu sur les autres pays du sud est asiatique.
Nous les Jaïns qui sont 4,5 millions d’adeptes et vivent essentiellement dans l’Ouest de l’Inde. Ils mènent une vie d’ascètes en appliquant de façon rigoureuse les préceptes de la non-violence. Ils sont respectés par tous les autres Indiens car ils sont considérés comme très « purs ». Et enfin, je m’arrêterai là avec Les Parsis, au nombre de 85 000 et qui vivent surtout dans les alentours de Bombay. Les Parsis sont peu nombreux et vénèrent le soleil. Ils passent inaperçus puisqu’ils n’ont aucun signe distinctif.

La dévotion aux dieux est tellement forte en Inde, que le plus surprenant est de voir des hommes d’affaires -pour certains millionnaires – faire la queue pendant des heures pour embrasser les pieds d’un homme à moitié nu apparenté, à leurs yeux, à un véritable Dieu vivant.

Alors en Inde, non seulement on passe au temple tous les jours, mais on s’interrompt aussi en plein milieu d’une tâche pour faire sa prière, qu’on appelle la Puja. Vous trouverez des photos de divinités partout, dans les Rickshaws, dans les taxis mais aussi et surtout dans tous les lieux de travail et particulièrement chez soi. Il n’y a pas une maison, une entreprise, que je n’ai vu sans autel avec des images de dieux, ainsi que des offrandes et de l’encens….

Les Indiens vivent le fantastique naturellement avec des icônes imagées, toutes plus colorées les unes que les autres. J’entends parfois des chefs de projet qui me disent qu’ils vont épaté leur partenaire indiens avec leur présentation et là je leur répond souvent « avant de surprendre un indien, il va falloir vous lever tôt ! » Cette façon de voir le monde nous semble totalement impénétrable tellement elle se situe aux antipodes de notre rationalité occidentale. En Inde, on se déchausse avant d’entrer dans un temple et on respecte toujours les lieux sacrés. Même si vous n’êtes pas Hindou, faites comme eux et laissez les prêtres vous poser le 3ème œil (appellé Bindi ou Tilakam) car c’est une marque de respect vis à vis des Dieux. N’oubliez pas le pourboire au gardien de vos chaussures s’il y en a un. Sur 1,3 milliards d’indiens.

L’hindouisme n’a ni fondateur, ni clergé. Ce n’est pas une église avec une autorité de subordination unique et une doctrine. L’hindouisme est multiforme. Il repose sur deux principes fondamentaux : l’Univers se fonde sur un ordre qui s’appelle la Vérité et l’Homme est fait d’un corps périssable et transitoire avec une âme qui se réincarne jusqu’à atteindre le Nirvana (l’éveil). Les Hindous se sentent redevables de ce qu’ils sont et ils éprouvent le besoin permanent de remercier les divinités afin de se sentir en paix avec l’univers. Certains termes sont arrivés jusqu’en occident comme le Dharma qu’est la conformité de l’action à l’ordre ; le Nirvana qu’est l’éveil, l’aboutissement de son existence totale ou encore Moksha, la délivrance. l’Hindouisme date de 5 000 ans, il a été élaborés à travers des textes appelés Védas, qui figurent probablement parmi les textes les plus anciens de l’humanité.

Pour les hindous , il existe deux grands texte religieux que sont Le Ramayana et le Mahabharata écrit il y a plus de 3000 ans. Le Ramayana est un poème épique avec 24 000 vers qui racontent, dans un style lyrique, l’épopée du dieu Râma. Le Ramayana donne lieu à de multiples manifestations et festivités. Il s’incarne aujourd’hui dans le Kathakali, une danse célèbre dans l’Inde du Sud et notamment l’Etat du Kerala. De la même façon, la fête très populaire de Divali, la fête des lumières, célèbre aussi, l’un de ses épisodes du dieu Rama lors de son retour, la population avait en effet mis des lumières sur son chemin.

Le Mahabharata représente l’épopée de l’Inde immémoriale. Il est composé de 200 000 vers avec 18 livres. D’un point de vue étymologique, Bharat désigne le véritable nom de l’Inde. Et Maha, en sanskrit – une langue Indo-Aryenne, proche de nombre de langues occidentales – signifie méga. le Mahabharata représente l’une des compositions les plus grandioses de l’histoire de l’humanité.

Même s’il y a des milliers de divinités, je vous en donne six fondamentales à retenir pour montrer à votre partenaire indien que vous vous interessez à sa culture. En premier, nous avons Bhrama, dieu créateur de l’univers, le super dieu, puis Vishnu, le dieu protecteur de la stabilité du monde. Nous avons aussi Ganesh : celui qui efface les problèmes et donc c’est un dieu très populaire en inde, la plupart des occidentaux qui connaissent un peu l’Inde ne connaissent que lui car il est vraiment partout.
Shiva, le bienfaisant, est le plus vénéré des dieux. Il est le dieu de la fin des temps. Il organise le monde et représente les ténèbres. Il a les yeux mi-clos car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle. Il est le dieu des champs de bataille, des champs de crémation. Il y est souvent accompagné
de démons, d’esprits malfaisants et de fantômes. Lorsque Shiva détruira le monde, il ne restera
plus aucun être vivant. C’est pourquoi il porte à son cou un collier de tête de mort.
Kali : Elle est connue comme étant la déesse hindou du Temps, de la mort et de la délivrance. Elle représente, en quelque sorte, la mère destructrice et créatrice de l’univers.

Voilà avec ces quelques dieux clefs, vous êtes fin prêt pour aborder le sujet de la religion de façon efficace et pertinente.

Retrouvez ci-dessous l’article sous forme de chronique :

Laurent Goulvestre
Conférencier et formateur, expert international et interculturel
Auteur du livre « Les clés du savoir-être interculturel» aux éditions Afnor
Président de GARUDA S.A.S.
http://www.goulvestre.com/

Les commentaires sont fermés.